0476/23.66.85 │ Wavre info@relax-sens.be

[/et_pb_text]

Tout d’abord une petite correction, on entend souvent la « méditation zen », sachez que terme “zen” en vient du mot chinois “chan”, qui signifie lui-même “méditation”, cette expression n’a donc pas beaucoup de sens. Pour en revenir à la méditation, ou donc au mot « Zen », c’est une tradition, une philosophie, un art de vivre entièrement basée sur une transmission orale, à l’origine, dont au final beaucoup d’écrits sont issus.

En tant que pratiquant, la méditation, pour moi c’est avoir l’esprit en paix, se retrouver avec soi-même en oubliant toutes les pensées qui jaillissent sans cesse dans notre esprit. C’est très utile, et important, car en effet même lorsque vous dormez, l’esprit, lui, continue de travailler, tout le monde a le droit de « recharger ses batteries » et votre esprit également. Vous serez étonné de constater avec la pratique comme votre esprit sera plus vif, plus fort et plus serein, parfois même il vous donnera des solutions auxquelles vous n’auriez pas pensé avant. Les petites « broutilles » de la vie courante qui vous énervaient avant, vous paraîtront désormais futiles et vous serez généralement plus calme et apaisé.

La méditation peut être pratiquée par tout le monde dès le plus jeune âge, certaines techniques permettent aux enfants de s’y appliquer dès 5 à 6 ans. Le but de la méditation n’est pas de comprendre le monde dans lequel nous évoluons, mais de se connaître soi-même et de comprendre ce que l’on fait au moment présent.
Ce qui peut se traduire par « vivre pleinement »

Peut-on apprendre à Méditer et vivre pleinement ?

Cela peut s’apprendre et se pratiquer chaque jours, il n’est pas utile d’y passer très longtemps, mais la rigueur est le plus important, 10 minutes par jours suffisent, mais avec le temps, vous aimerez en faire plus. Avec l’habitude, vous apprendrez à être « présent à soi-même » quoi qu’il arrive et à garder ses distances par rapport à ses émotions «fugaces » pour vous recentrer sur ce que cela produit sur votre corps. Vous serez alors étonné de voir a quel point certaines émotions ne vous affectent finalement pas.

Un exemple ?

Vous êtes sur l’autoroute, avec de la circulation, vous vous retrouvez sur la troisième bande, et vous avez quelqu’un qui vous « colle », finit par faire des appels de phare et vous dépasse en remontant par la première bande, voir même par la bande d’arrêt d’urgence…(c’est du vécu).

Première réaction, énervant, quel c… celui-là ! Pas foutu d’attendre et tout ça pour gagner 5 secondes à l’arrivée…et vous pouvez dans un état de stress, rester sur cet énervement un long moment.

Réaction « zen », grande inspiration, recentré sur mon corps…aucun effet, en fait, physiquement cela ne m’affecte nullement, autant ne plus y penser, je respire, je vais bien et cet air qui emplit mes poumons me fait un bien fou. Au final, le plus stressé et le moins zen n’est-ce pas celui qui a effectué cette manœuvre « stupide » ? Finalement, mieux vaut en rire, il a gagné 5 secondes, un stress pour une demi-journée et qui sait, peut-être un PV.

Arriver à ce point n’est pas si difficile, mais il faut tout de même un peu d’exercice et expérimenter sa propre capacité au « mindfullness » pour l’améliorer au fur et à mesure du temps.

Osez la méditation !

Par la pratique, vous pourrez appliquer la méditation dans les gestes de chaque jour.

Vous prenez une pomme, vous la pesez dans votre main, ressentez sa forme, épluchez la: focalisez-vous sur vos gestes, sur ce que vous ressentez en touchant cette pomme, en l’épluchant, sur vos mains et leurs mouvements. Vivez pleinement ce moment et uniquement celui-là. Vous remarquerez alors toutes les pensées qui assaillent votre cerveau sans cesse. En vous concentrant uniquement sur vos gestes, vous allez arriver à les faire disparaître et faire de la place pour votre tranquillité de l’esprit.

Cela paraît difficile au début, car peu de gens ont l’habitude de faire taire leurs pensées, de vider leur tête. Nous ne savons pas toujours que l’on peut exercer une certaine emprise sur son cerveau. Avec la pratique, le temps augmentera, la première fois, vous allez arriver pendant quelques secondes, puis ça augmentera avec la pratique, d’où l’importance de la rigueur. Si vous pratiquez un peu chaque jour, vous prendrez conscience de ces pensées qui vous parasitent et les stopper pour revenir à l’essentiel sera de plus en plus naturel.

C’est tout autre chose que la concentration, qui comme son nom l’indique « concentre » son attention sur une chose (mais laisse les autres continuer d’assaillir votre cerveau), alors quand on dit qu’il faut se concentrer pour faire le vide dans sa tête, c’est l’erreur à ne pas commettre.

Qu’est-ce que la pratique de la méditation peut nous apporter ?

Cela permet à votre cerveau de se reposer. De bénéficier de périodes de calme et de se ressourcer. Quand on sait atteindre le calme mental, cela aide par exemple à mieux gérer le stress, les moments de crise. On s’est également aperçu que la méditation, le calme de l’esprit renforce le système immunitaire : le corps n’est plus l’unique réceptacle de tous les maux de notre psychisme.

Enfin, la méditation augmente nos capacités de travail, et surtout notre créativité. Car la pratique courante permet à l’inconscient de s’exprimer directement et de libérer ses richesses. Quand un grand peintre s’exprime, on le dit « absorbé » par son travail, et en effet, aucunes autres pensées ne vient perturber son esprit.

La pratique de la méditation ou du « zen » peut donc s’assimiler à une hygiène de vie, à un état d’être.

Pour celles et ceux qui veulent apprendre à faire le vide je ne saurais qu’encourager ses futures adeptes à se faire accompagner : c’est le meilleur moyen d’apprendre les bons gestes, les bonnes postures, pour accéder peu à peu à son vrai « Soi ».

[/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Que signifie Méditer ?

Tout d’abord une petite correction, on entend souvent la « méditation zen », sachez que terme “zen” en vient du mot chinois “chan”, qui signifie lui-même “méditation”, cette expression n’a donc pas beaucoup de sens. Pour en revenir à la méditation, ou donc au mot « Zen », c’est une tradition, une philosophie, un art de vivre entièrement basée sur une transmission orale, à l’origine, dont au final beaucoup d’écrits sont issus.

En tant que pratiquant, la méditation, pour moi c’est avoir l’esprit en paix, se retrouver avec soi-même en oubliant toutes les pensées qui jaillissent sans cesse dans notre esprit. C’est très utile, et important, car en effet même lorsque vous dormez, l’esprit, lui, continue de travailler, tout le monde a le droit de « recharger ses batteries » et votre esprit également. Vous serez étonné de constater avec la pratique comme votre esprit sera plus vif, plus fort et plus serein, parfois même il vous donnera des solutions auxquelles vous n’auriez pas pensé avant. Les petites « broutilles » de la vie courante qui vous énervaient avant, vous paraîtront désormais futiles et vous serez généralement plus calme et apaisé.

La méditation peut être pratiquée par tout le monde dès le plus jeune âge, certaines techniques permettent aux enfants de s’y appliquer dès 5 à 6 ans. Le but de la méditation n’est pas de comprendre le monde dans lequel nous évoluons, mais de se connaître soi-même et de comprendre ce que l’on fait au moment présent.
Ce qui peut se traduire par « vivre pleinement »

Peut-on apprendre à Méditer et vivre pleinement ?

Cela peut s’apprendre et se pratiquer chaque jours, il n’est pas utile d’y passer très longtemps, mais la rigueur est le plus important, 10 minutes par jours suffisent, mais avec le temps, vous aimerez en faire plus. Avec l’habitude, vous apprendrez à être « présent à soi-même » quoi qu’il arrive et à garder ses distances par rapport à ses émotions «fugaces » pour vous recentrer sur ce que cela produit sur votre corps. Vous serez alors étonné de voir a quel point certaines émotions ne vous affectent finalement pas.

Un exemple ?

Vous êtes sur l’autoroute, avec de la circulation, vous vous retrouvez sur la troisième bande, et vous avez quelqu’un qui vous « colle », finit par faire des appels de phare et vous dépasse en remontant par la première bande, voir même par la bande d’arrêt d’urgence…(c’est du vécu).

Première réaction, énervant, quel c… celui-là ! Pas foutu d’attendre et tout ça pour gagner 5 secondes à l’arrivée…et vous pouvez dans un état de stress, rester sur cet énervement un long moment.

Réaction « zen », grande inspiration, recentré sur mon corps…aucun effet, en fait, physiquement cela ne m’affecte nullement, autant ne plus y penser, je respire, je vais bien et cet air qui emplit mes poumons me fait un bien fou. Au final, le plus stressé et le moins zen n’est-ce pas celui qui a effectué cette manœuvre « stupide » ? Finalement, mieux vaut en rire, il a gagné 5 secondes, un stress pour une demi-journée et qui sait, peut-être un PV.

Arriver à ce point n’est pas si difficile, mais il faut tout de même un peu d’exercice et expérimenter sa propre capacité au « mindfullness » pour l’améliorer au fur et à mesure du temps.

Osez la méditation !

Par la pratique, vous pourrez appliquer la méditation dans les gestes de chaque jour.

Vous prenez une pomme, vous la pesez dans votre main, ressentez sa forme, épluchez la: focalisez-vous sur vos gestes, sur ce que vous ressentez en touchant cette pomme, en l’épluchant, sur vos mains et leurs mouvements. Vivez pleinement ce moment et uniquement celui-là. Vous remarquerez alors toutes les pensées qui assaillent votre cerveau sans cesse. En vous concentrant uniquement sur vos gestes, vous allez arriver à les faire disparaître et faire de la place pour votre tranquillité de l’esprit.

Cela paraît difficile au début, car peu de gens ont l’habitude de faire taire leurs pensées, de vider leur tête. Nous ne savons pas toujours que l’on peut exercer une certaine emprise sur son cerveau. Avec la pratique, le temps augmentera, la première fois, vous allez arriver pendant quelques secondes, puis ça augmentera avec la pratique, d’où l’importance de la rigueur. Si vous pratiquez un peu chaque jour, vous prendrez conscience de ces pensées qui vous parasitent et les stopper pour revenir à l’essentiel sera de plus en plus naturel.

C’est tout autre chose que la concentration, qui comme son nom l’indique « concentre » son attention sur une chose (mais laisse les autres continuer d’assaillir votre cerveau), alors quand on dit qu’il faut se concentrer pour faire le vide dans sa tête, c’est l’erreur à ne pas commettre.

Qu’est-ce que la pratique de la méditation peut nous apporter ?

Cela permet à votre cerveau de se reposer. De bénéficier de périodes de calme et de se ressourcer. Quand on sait atteindre le calme mental, cela aide par exemple à mieux gérer le stress, les moments de crise. On s’est également aperçu que la méditation, le calme de l’esprit renforce le système immunitaire : le corps n’est plus l’unique réceptacle de tous les maux de notre psychisme.

Enfin, la méditation augmente nos capacités de travail, et surtout notre créativité. Car la pratique courante permet à l’inconscient de s’exprimer directement et de libérer ses richesses. Quand un grand peintre s’exprime, on le dit « absorbé » par son travail, et en effet, aucunes autres pensées ne vient perturber son esprit.

La pratique de la méditation ou du « zen » peut donc s’assimiler à une hygiène de vie, à un état d’être.

Pour celles et ceux qui veulent apprendre à faire le vide je ne saurais qu’encourager ses futures adeptes à se faire accompagner : c’est le meilleur moyen d’apprendre les bons gestes, les bonnes postures, pour accéder peu à peu à son vrai « Soi ».